Vous êtes ici : Accueil > TICE & Médias > Vidéo Projecteur Interactif
Publié : 9 décembre 2020
Format PDF Enregistrer au format PDF

Vidéo Projecteur Interactif

Un Vidéo Projecteur Interactif (VPI) permet une utilisation tactile ou au stylet directement sur la surface de projection.

Voici quelques exemples d’utilisation du VPI pour rendre sa séance dynamique.

L’élève consulte des ressources sur le VPI

Un élève ou un groupe déplacent eux même (avec leurs doigts) la ou les ressources projetées. Cela facilite l’autonomie et libère l’enseignant de cette tâche. Le groupe de travail s’installe à proximité du VPI :
- recherche documentaire
- consulte les différents éléments d’une correction présentée par l’enseignant juste avant. Cela prend du sens si le reste de la séance découle de cette correction. La ressource au VPI devient pertinente et accessible facilement en autonomie.

Démonstration d’une procédure

L’utilisation d’un nouveau logiciel, ou d’une procédure peut se faire à la souris sur un projecteur classique. Le geste de l’enseignant est bien plus visible que le curseur de la souris.

L’élève pilote le VPI

Les élèves manipulent les logiciels directement sur le VPI.

Exemple d’un montage vidéo simple en CAP :

Deux élèves ont filmé leurs mains manipulant équerre et rapporteur. Un logiciel de montage est projeté sur le VPI. L’objectif est de faire créer le texte complémentaire des vidéos par le reste de la classe :
- vérifier qu’un angle est droit, à l’équerre
- tracer un angle droit, à l’équerre
- mesurer un angle au rapporteur

banc de montage avec rapporteur -  voir en grand cette image
banc de montage avec rapporteur
La vidéo de la mesure d’un angle au rapporteur est déposée sur le banc de montage. La partie audio est enregistrée et en cours de synchronisation avec la vidéo

Les élèves font des allers et retours au tableau pour manipuler le banc de montage (lecture, pause, déplacement de la tête de lecture).
Il est possible de faire travailler une dizaine d’élèves individuellement, sur une tâche commune.
Le texte le plus pertinent (en terme de contenu et de durée par rapport à la vidéo) est choisi pour être enregistré vocalement et placé dans le banc de montage. La diffusion est prévue via l’ENT (possibilité de la prévoir sur la plateforme POD)

Il aurait été possible de jouer la vidéo sur des tablettes individuelles, sans projection, afin que l’élève ne se déplace pas. L’utilisation du VPI n’a mobilisé qu’une seule tablette (enregistrement vidéo, puis audio) en plus de l’ordinateur branché sur le projecteur. De plus, l’élève doit se déplacer pour réaliser la tâche. Ce qui rend la séance plus dynamique.
Les vidéos produites par les élèves lors de cette séance ne peuvent pas être partagée dans cet article. Les autorisations de captation et de diffusion ne concernaient pas les sites académiques.

Exemples d’autorisations d’enregistrement : http://numeriques.ac-normandie.fr/?Filmer-enregistrer-la-voix-des-eleves-le-droit-a-l-image-et-a-la-voix

Autre exemple simpliste : la calculatrice

Parfois, nos élèves oublient leur calculatrice (volontairement ou non). Fournir une calculatrice "géante" peut parfois permettre de raccrocher un élève à la séance. Le changement de support, même pour un outil aussi basique, peut apparaitre ludique si c’est utilisé avec parcimonie

Logiciels tierces d’utilisation du VPI

Il est possible d’annoter manuellement des documents sur un VPI (stylet ou doigts). Pour cela, les suites logicielles livrées avec le VPI (ou d’autres, comme Open-Sankoré) fonctionnent souvent sur le principe de la capture d’écran afin de garder une trace des écritures passées.

Il est aussi possible d’utiliser des blocs-notes (du type OneNote par exemple), dont on importe ou exporte des pages préparées sur un autre ordinateur.